Les années de plomb

Comme déjà dit précédemment, replonger dans  les modules,  les cartons et retrouver quelques vieilles figurines évoque des souvenirs agréables des années… de plomb. En effet, à l’époque les figurines étaient toutes faites d’un alliage de plomb et d’étain et n’étaient pas encore remplacées par du plastique hors de prix. Fort heureusement, un certain nombre de fabricants proposent toujours des figurines en métal et n’ont pas suivi le chemin emprunté par Citadel devenu Games Workshop. Les figurines, chèrement acquises, étaient soigneusement sélectionnées pour représenter nos personnages ou les monstres clés de nos scénarios. Grenadier, Citadel et Ral Partha étaient donc les marques de prédilection dans nos achats.

Aujourd’hui, l’arrivée dans la quarantaine, empreinte de nostalgie de cette époque insouciante et studieuse de mes 15-20 ans présente au moins un avantage : disposer d’un pouvoir d’achat que l’on avait pas étant adolescent. Les figurines ne sont pas bon marché de nos jours, mais après tout, à l’époque non plus. Je me console donc en me disant que mon pouvoir d’achat  me permet désormais de compenser un peu l’inflation galopante des 25 dernières années…

C’est donc aujourd’hui que paradoxalement j’ai pu acheter bien plus de figurines en quelques mois que je n’en ai acheté en 10-15 ans de jeu de rôle !

Je vais donc progressivement étoffer cette rubrique Figurines en présentant ma petite collection et mes achats. Pour commencer, je vais vous faire partager quelques excellents sites de référence, absolument indispensables pour qui veut se replonger dans la figurine Oldschool (ou plus contemporaine, la qualité de gravure des figurines ayant considérablement progressé).
Voici mes sites favoris auxquels je me réfère pour identifier et retrouver les figurines que je possède ou que je recherche (certaines ont marqué mon imagination et je souhaite en acquérir un certain nombre) :

DND LEAD
Un excellent site qui reprend l’histoire des figurines Donjons et Dragon de 1977 à 2000 environ. On y retrouve de nombreuses photos de qualité, les références et même les catalogues scannés des principaux fabricants. Ce site est donc LA bible du collectionneur…

http://www.dndlead.com

MINIATURES WORKSHOP LOST MINIS WIKI

Un site encyclopédique façon Wikipedia qui référence un nombre impressionnant de fabricants de figurines… La plupart du temps avec références complètes et photos. Si vous connaissez le fabricant de la figurine que vous cherchez, vous devriez la retrouver. Sans plus d’indices, cela sera beaucoup moins évident…

http://www.miniatures-workshop.com/lostminiswiki/index.php?title=Main_Page

THE STUFF OF LEGENDS

Un autre excellent site qui répertorie les fabricants et leurs gammes avec photos. Avec ces 3 sites, vous êtes parés pour retrouver toutes les figurines des 30 ou 40 dernières années…

http://www.solegends.com/index.htm

Et en dernier recours, l’union fait la force… Sur Facebook, un groupe « OLD SCHOOL MINIATURES » est composé de quelques centaines de membres collectionneurs de figurines et se fera une joie de vous aider à identifier ou retrouver certaines figurines. Certains des membres sont des anciens fabricants et même sculpteurs, donc l’info se trouve ici à la source !

Ci-dessous, ma toute première figurine, achetée je pense en 1984 (Marque DENIZEN Référence FA7 Hero charging with Sword), à côté, une des figurines favorites de mes joueurs, un guerrier du Chaos (un peu modifié) que nous appelions Gluhast et tiens, que je n’ai pas encore identifié… Ral Partha ou Citadel ?

IMG_3605

Dans les prochains articles, je vous présenterai quelques fabricants contemporains qui valent le détour et ma collection et récentes acquisitions…

Campagne B2 Le Chateau des Confins – Session 3

Après quelques semaines d’attente de disponibilité de tous, nous avons pu programmer une nouvelle session hier soir, vendredi. L’équipe était malheureusement incomplète mais celle-ci s’est etoffé avec un nouveau joueur, Hugo, neveu de Pierre ce qui fait un second joueur de la jeune génération (moins de 20 ans) dans le Groupe, composé à l’origine de quadragénaires 🙂 Le flambeau D&D commence donc à se transmettre à la seconde génération…
Nous avons laissé nos aventuriers lors de la dernière session dans le Chateau des Confins pour se remettre de leurs émotions et blessures suite à leur mission de sauvetage d’un ranger disparu. L’équipe bien mal en point s’est réfugiée derrière les murs de l’avant poste pour panser ses plaies. Après un passage chez le négociant, Blondin le mage et Roukye la jeune vide-gousset ont fait quelques emplettes pour partir un peu mieux équipés à la recherche de la caravane qui tarde à revenir de la forteresse naine depuis quelques jours. Tandis que Tue-l’Amour le ranger savoure un repos bien mérité en bonne compagnie à l’auberge et que Ragdnar le nain se remet péniblement de son empoisonnement du venin des veuves noires géantes du bois du marais, Blondin et Roukye ne comptent pas en rester là et rencontrent un jeune Paladin, Thelenor (joué par Hugo) qui faisait partie de l’escorte de la caravane à l’aller avec laquelle ils sont arrivés au fort. Ce dernier se joint donc au Groupe et tous trois décident de partir à la rencontre de la caravane sans attendre le Ranger et le Nain.
Dès le lendemain matin, ils partent à cheval (2 chevaux ont été achetés pour l’occasion, le paladin disposant déjà d’une monture) équipés de torches, rations, lanternes et armes supplémentaires. Au bout de quelques heures de cheminement sur la route de l’Est, ils pénètrent dans les sous-bois, la route poussiéreuse s’enfonçant dans la forêt épaisse qui borde la chaine montagneuse des terres inconnues des confins du pays. Ils ne tardent pas à découvrir ce qu’il est advenu de la caravane tant attendue au Fort.  Deux wagons gisent abandonnés au mileu de la route,  et entourés d’une douzaine de cadavres. Les marchands et leur escorte (4 guerriers) sont vraisemblablement tombés dans une embuscade il y a quelques jours à en juger par l’état des corps. Certains sont criblés de flèches et tous portent des blessures de combat. De nombreuses traces au sol indiquent une lutte acharnée. Les wagons ont été dépouillés de leurs marchandises, ainsi que des bêtes de somme dont il ne reste nulle trace. Notre trio d’aventuriers ne tarde pas à découvrir les traces d’un groupe partant vers le Nord à travers les sous-bois. De nombreuses empreintes de pas et traces de choses lourdes trainées au sol peuvent être suivies sans difficultés. Le Paladin décide de donner les derniers sacrements aux corps et notre trio tombe d’accord pour les ramener au fort. Mais les 3 chevaux de selle ne permettent pas de haler les deux chariots chargés de plus d’une douzaine de corps. Ceux-ci sont donc laissés sur place, les chevaux attachés et le trio part vers le Nord afin de découvrir où mènent les traces.

capgture

Les traces laissées par un groupe assez important (estimé à 20 à 40 créatures, sans certitude, aucun ranger n’accompagnant le groupe pour définir le nombre d’assaillants) finit par les mener Nord-Nord-Ouest en vue d’une grande clairière. Les aventuriers débouchent alors sur ce qui semble être une ancienne carrière, dans un ravin en cul de sac, large d’une soixantaine de mètres et long de 120 mètres environ. Chaque façade du ravin doit mesurer une trentaine de mètres de hauteur et malgré la végétation par endroits, l’on distingue aisément plusieurs entrées de cavernes à différents niveaux. Le peu de discrétion du Paladin, à pied et lourdement équipé d’une armure de plates complète dérange un groupe de corbeaux à proximité de l’entrée de la caverne la plus proche, située au niveau du sol. C’est à cet endroit qu’un nouveau cadavre est découvert, à demi dévoré par les corbeaux et les vautours. Très certainement un marchand abandonné là, mort de ses blessures. Prudemment, le trio s’approche de la caverne la plus proche et décide de s’aventurer à l’intérieur. Blondin le mage se tient prêt avec une poignée de sable dans la main pour lancer un sort, tient une lanterne allumée, Roukye le seconde et Thelanor le preux s’aventure en tête dans l’obscure caverne froide et humide. Rapidement, ils découvrent un embranchement, partent vers la droite et tombent par surprise sur un groupe de gobelins. Blondin le Mage lance son incantation, Roukye se recule et Thelanor fonce dans le tas avec son épée. En quelques secondes, le petit groupe de 6 gobelins s’effondre, victime du puissant sort de Sommeil du mage. Thelanor, parti au contact et entré dans l’aire d’effet du Sort, rate son jet de sauvegarde et tombe d’un lourd sommeil également, comme s’il s’agissait d’un Paladin de Naheulbeuk ;=) Roukye égorge ensuite un par un les gobelins tandis que Blondin le Mage réveille le Paladin à coups de baffes… La fouille de cette petite salle de garde est peu fructueuse et c’est avec un maigre pactole de quelques piécettes de cuivre et d’argent que le groupe repart avec témérité explorer les cavernes du Chaos. Ils ne tardent pas à découvrir une nouvelle salle, elle aussi occupée. La surprise est mutuelle et les gobelins lancent un retentissant « BREE-YARK ! » qui résonne dans la caverne et l’obscurité. Le paladin fonce à nouveau au contact, tandis que Roukye l’accompagne et que Blondin le Mage se positionne en retrait, n’ayant plus de sort à lancer. Le combat, face à un adversaire déchainé et en nombre supérieur ne tourne pas à l’avantage du groupe, finalement contraint à reculer sous les coups. Les corps de gobelins s’entassent dans l’étroit couloir tandis que Thelanor et Roukye reculent coude à coude, permettant au bout d’un moment au Mage de se joindre au combat et de lancer ses dagues. Après 7 dagues lancées, la dernière est économisée et Blondin court se cacher sous les corps des gobelins précédemment endormis puis achevés.  Thelanor et Roukye continuent de reculer, Roukye sentant l’issue du combat compromise s’enfuit en courant vers l’extérieur, laissant Thelanor face à son destin : tenir et mourir bravement en combattant l’adversaire… Blondin, voyant l’issue fatale du combat, décide de se redresser pour frapper un dernier coup et abattre un gobelin. Par chance, c’est le 5e gobelin abattu et les gobelins, surpris par l’apparition soudaine de Blondin perd pied et se replie… La moitié de leur groupe décimée, ils évaluent avec colère la situation qui leur échappe quelque peu. Thelanor bien décidé à en découdre et mourir bravement, finit néanmoins par écouter les sages paroles du Mage et tous deux se précipitent vers la sortie où ils retrouvent Roukye… Sérieusement amochés, force est de constater qu’à eux trois, ils ne sont pas de taille à s’aventurer dans les cavernes sans renforts… Mais c’est le coeur vaillant et enorguillis d’en avoir décousu avec une douzaine de gobelins qu’ils repartent en sens inverse vers les chariots en prenant garde à ne pas être pourchassés…

Donjonner en 3D…

Notre jeu favori a quelque peu évolué avec les années… Je ne parlerai pas des règles car nous en sommes à la 5ème version bientôt  (si j’ai bien suivi, car perso je me suis arrêté à la version d’AD&D2 qui commençait à devenir trop complexe et trop riche à des fins commercialo-marketing) mais plutôt de l’environnement de jeu. Dans ma « jeunesse » la table de jeu c’était quelques figurines un tableau velleda et des feutres qui puent pour dessiner les couloirs. Un peu plus tard, les décors pour les aventuriers se sont quelque peu améliorés grâce à des boites de floorplans (des sols et accessoires imprimés sur carton) édité je crois par Games Workshop.

En parallèle, les principales marques de figurines de l’époque proposaient quelques accessoires de décor (meubles, décors etc).

Mais je n’ai pas connu les évolutions plus tardives créées par des passionnés et n’ai découvert ce qui existe aujourd’hui que très récemment. Moyennant une petite fortune, il est désormais possible de reproduire les donjons les plus complexes sur une table de jeu.

Il suffit de jeter un oeil sur les décors proposés par DWARVEN FORGE.

J’aime autant dire que j’ai été séduit, voire conquis par les possibilités offertes par ces décors. Le hic, c’est bien entendu le PRIX. Même si le taux de change euro-dollar est avantageux, les frais de port et les frais de douane rendent l’import vite coûteux, sans compter que pour réaliser un donjon digne de ce nom, plusieurs sets sont nécessaires… Un passionné français, Tom, du site Dwarvenforge.info a sauté le pas il y a plusieurs années et réalisé le rêve de tout joueur de D&D : une grande pièce dédiée, avec des centaines (voire milliers) de figurines et suffisamment de décors pour réaliser à peu près n’importe quoi. Evidemment, ça fait envie. Mais il faut savoir raison garder, pour plusieurs raisons :

1) c’est un budget conséquent
2) il faut beaucoup de place
3) il faut du temps
4) il faut des joueurs dispos et réguliers
5) il faut une épouse patiente et compréhensive lol

Néanmoins, jouer avec des éléments de décors est si tentant que j’ai envie de me lancer dans l’aventure. J’en ai parlé dans un post précédent, j’ai récemment découvert un fabricant américain de moules en silicone permettant de faire des tirages en plâtre ou résine de pièces de décors assemblables. Bon marché, les moules permettent de réaliser autant de pièces que nécessaires. J’ai donc acquis 5 premiers moules pour effectuer un test et tenter de réaliser une batisse, à savoir une auberge.

3 moules permettent de réaliser de nombreux élements pour une auberge, parfois minuscules :

J’ai pris le moule 70 également pour réaliser des murs :

et le moule 85 pour compléter et disposer d’éléments classiques de donjon (trésors, caisses, sacs, feu de camp etc.)

Il m’en a coûté 177 USD avec les frais de port pour 5 moules. La qualité des tirages est au rendez-vous, j’utilise pour cela du PLASTIROC, un plâtre synthétique qui a 3avantages : très fin il permet un moulage de grande précision, synthétique,  très solide, une pièce peut chuter sans se casser et enfin le temps de prise est d’une dizaine de minutes, ce qui permet de produire assez rapidement. Le coût est raisonnable, un sac de 5 Kgs coûte 27 euros et permet un nombre de moulages assez conséquent.

La contrepartie de ces moules est le TEMPS. Si Dwarven Forge permet d’installer de magnifiques donjons modulables sur table, Les moules Hirst Arts permettent de réaliser n’importe quoi. MAIS, il faut au préalable mouler les pièces, les assembler, puis les peindre… Fabriquer les éléments d’une taverne se fait assez rapidement. Par contre, produire suffisamment d’éléments de mur avec un seul moule,  pour batir une construction est une autre paire de manches… Donc pour l’instant, je moule, je moule, je moule… J’ai déjà peint quelques éléments de taverne (comptoir, tables et tonneaux,  coffres et caisses) pour voir à quoi ça ressemble fini et l’effet visuel est très très sympa.

Donc à suivre sur le blog : la construction d’une auberge avec sa partie basse « Taverne », sa cave (pour la réserve) et la partie haute pour ses chambres. En parallèle, je vais utiliser les dallages précédemment réalisés en leur adjoignant des murs latéraux et ainsi me constituer un set de couloirs de donjons.