HârnWorld

Omagad. Omagad, Omagad !

A force de traîner sur les pages de vente en ligne (groupes Facebook), je continue d’enrichir ma culture rôlistique en découvrant nombre de jeux qui m’étaient jusqu’alors totalement inconnus. Lorsque ce sont des jeux « récents », publiés après 2000 pendant ma longue période d’abstinence rôlistique, cela n’a rien de surprenant. Mais découvrir un jeu et un univers qui date des années 80, ça me fait plaisir. Je suis donc passé à côté de Hârn (et ses deux rejetons, HârnMaster et HârnWorld) pendant 30 ans. Edité par Columbia Games, ce jeu a eu 3 éditions différentes mais sans avoir apparemment eu de grandes évolutions. HârnMaster est le système de jeu associé, car HârnWorld était un univers « générique ». La lecture des fiches du site le Grog, m’ont incité à creuser la question car cela me semblait bien alléchant.

Harnmaster3

Pour ce que j’en ai vu pour l’instant, HârnMaster ne présente pas beaucoup d’intérêt en ce qui me concerne car c’est un système ancien, dérivé du système Chaosium mais qui se veut beaucoup plus réaliste en termes de combat : table de localisation très précises, et blessures handicapantes et mortelles. Je n’ai rien contre, au contraire, mais notre groupe privilégie la jouabilité au réalisme et nous avons trouvé chaussure à nos pieds avec Savage Worlds donc je ne pense pas que s’encombrer d’un nouveau système, plus lourd, soit une bonne piste. Il y a néanmoins peut être des idées intéressantes à y piocher, je verrai ça de plus près.

harnworld

HârnWorld par contre, est l’univers développé par Columbia Games et là c’est une bonne claque… Cet univers ne conviendra sans aucun doute pas à tout le monde. Il est très basique, mais très réaliste. Nous avons ici une poignée de royaumes qui se partagent un continent et dont la société médiévale est basée sur un Féodalisme inspiré de l’Angleterre des 9e au 13e siècle. En termes de look, on pensera donc Francs, Normands  pour l’essentiel, Romains pour un Royaume (au moins dans la structure politique et sociale) et une nation Viking. Du côté non humain, rien de bien original avec deux royaumes elfes et nains, brouillés depuis des invasions extérieures lorsque les elfes décidèrent de se replier dans leur forêt en abandonnant toute résistance armée et en optant pour la non-ingérence. Les nains leur en tinrent rigueur. Les deux races sont très inspirées de celles du Seigneur des Anneaux, les elfes sont nommés Sindarin et transitant temporairement entre deux mondes dans leur quête de leur destination finale (les voiliers cygnes sont d’ailleurs présents). Côté humanoïdes, nous avons une race Orc avec des sous-races (goblins etc), qui ont une histoire un peu similaire à celle des Uruk-Hai de Saroumane.

Un dernier Royaume Théocrate au Sud-Est est peuplé de Magiciens. Enfin, une douzaine de tribus barbares nomades et peu évoluées (chasseurs cueilleurs) sont réparties un peu partout sur l’ile-continent.

Rien de bien original me direz-vous et vous avez bien raison. Mais ce qui fait tout l’intérêt de cet univers (en tout cas c’est ce qui me séduit), c’est que HârnWorld est remarquablement construit comme s’il était réel : tout est détaillé, jusqu’aux PNJs, taxes, crimes, légendes et contenus héraldiques. Chaque ville est dotée de son plan, la structure sociale féodale est remarquablement décrite et tout est classé dans des Encyclopedia Harnica ou le HarnDex, un glossaire riche de plus de 1200 entrées. Nous avons ainsi une trentaine de guildes décrites, des Seigneurs, comtés, chateaux,  villes, manoirs etc. L’Histoire du Monde tient sur quelques page et s’arrête en l’An 720, année à partir de laquelle c’est à vous d’écrire la suite… Cela  correspond assez bien à ce que je souhaitais avec mon bourg fortifié Castel Bofolmons.

330158

Etant donné que c’est un Univers Low Fantasy, le Bestiaire Fantastique est forcément moins développé qu’un D&D et la Magie est très rare. Mais c’est ce qui la rend légendaire (il y a des suppléments dédiés, les objets magiques étant considérés comme des reliques). Pas certain que cela botte mes joueurs, qui me connaissent déjà comme un MD peu généreux en loot d’objets magiques. Le Panthéon est limité à une dizaine de divinités dont deux principales (ça c’est plutôt pratique pour les joueurs). On ne raisonne pas ici réellement en termes de classes de personnages mais plutôt en métiers et classes sociales (ce qui est plutôt pratique pour un système comme Savage Worlds comme nous le pratiquons). Les personnages incarneront donc plutôt des paysans, citadins, marchands, artisans, clercs, chevaliers ou magiciens qui partent à l’aventure. Nous sommes donc plus proches de JRTM, Pendragon et Runequest que D&D et c’est plutôt pour me plaire. Cela fait un moment que je ne trouve pas mon compte dans D&D dont l’univers (Greyhawk ou Royaumes Oubliés) est trop bordélique et pas assez structuré.

partypic

Je me plonge donc actuellement dans la lecture de Hârnworld, acquis à un excellent prix sur RPGNow.com. Je ne saurais que trop recommander ce Bundle Starter Kit à 10 USD. A noter qu’on trouve également quelques free downloads qui viendront compléter celui-ci.
Je peux ainsi me faire une bonne idée de l’univers avant éventuellement de positionner mes parties Fantasy dans celui-ci… Il y a pas mal de lecture, car comme je l’ai dit, HârnWorld, c’est 40 ans de contenu encyclopédique, sous forme de fiches et suppléments.

https://www.rpgnow.com/product/234400/HarnWorld-Starter-Kit-BUNDLE

Si certains d’entre vous, lecteurs, avez une connaissance approfondie ou des retours d’expérience quant à cet univers, je serais curieux de vous lire.

 

 

Publicités

Week-end JDR

Ce week-end nous sommes parvenus à caler deux sessions de jeu. Notre traditionnelle partie du vendredi soir dans le Cabanon a permis de jouer la deuxième session du scénario AD&D N3 « Destiny of Kings » motorisé sous Savage Worlds. Pour l’instant cela tourne bien, j’attends de voir ce que cela peut donner face à du lanceur de sorts ou de la grosse créature avec des attaques spéciales… En attendant, nous continuons de nous faire les dents sur le système, toujours aussi agréable. Le scénario est plutôt sympa et s’intègre bien dans mon setting Greyhawk basé sur Castel Bofolmons. Il permet de poser quelques bases de politique régionale et de développer les environs. Le scénario d’origine n’est pas basé dans le monde de Greyhawk mais je ne me suis finalement pas trop encombré de ces considérations, le jeu avant tout. L’essentiel pour moi étant d’articuler de la mini-campagne autour du bourg fortifié de Castel Bofolmons et asseoir progressivement quelques PNJ susceptibles de revenir ultérieurement dans les scénarios (alliés ou ennemis éventuels). Les aventuriers se sont déjà au moins fait un ennemi ce qui est plutôt pas mal.

Destiny_of_Kings

Enfin, dimanche soir, nous avons joué la session 2 d’une première partie test de Savage Worlds Mousquetaires, un scénario dans un cadre historique masterisé sous Roll20 par Thomas. Notre groupe de 3 mousquetaires est missionné pour enquêter sur le vol de l’impôt Rouennais et nous découvrons des indices qui nous laissent supposer la présence de créatures fantastiques, du type bête du Gévaudan ou plus exotique (genre poule géante lol).

Notre agenda rôlistique est donc programmé pour quelques sessions, avec Destiny of Kings qui devrait potentiellement nous occuper pour encore au moins 3 sessions et Mousquetaires du Roy pour encore une session. Ensuite, Nous avons un one-shot COPS programmé par J-A, un scénario d’intro Rogue Trader par Francky et une session de test / initiation à Star Wars Legion. Nous sortons donc en cette fin d’année de nos éternels sentiers balisés D&D / Appel de Cthulhu.

Pour ma part, après Destiny of Kings, je ne sais pas encore trop vers quel scénario / univers poursuivre. Curse of Strahd est mis de côté pour l’instant. Savage Worlds Conan reste à l’état de projet. Je pense plutôt à une poursuite du développement de mon setting Pulp « Arcanes & Artefacts ».

Archéorolisme et oldschool (bis)

Il n’aura pas fallu longtemps pour avoir la suite…  Mon colis arrivait une heure après le billet précédent.

Voici donc les deux dernière acquisitions qui rejoignent mon mini-musée / collection de JDR des années 80/90, le vénérable Tunnels & Trolls de chez Jeux Actuels paru en France en 1984 je crois (et ici fourni avec 3 scénarios qui fleurent bon le oldschool lol). Je me souviens qu’à l’époque ce jeu était au catalogue Jeux Descartes et peut-être même au catalogue France Loisirs. J’avais d’ailleurs hésité à l’acheter mais j’avais été freiné par l’absence de gamme pour développer le jeu. A ce titre, D&D était bien plus intéressant avec des scénarios disponibles en Français. Pour avoir lu des articles ou ouvrages récents sur l’histoire du JDR, j’ai appris que Tunnels & Trolls était pour ainsi dire le petit frère de D&D : paru quasiment en même temps, c’était une copie mais qui avait le mérite parait-il d’enrichir certains aspects et de bénéficier d’un certain nombre d’innovations par rapport au jeu de Gary Gygax et Dave Arneson. Il bénéficiait de l’avantage d’avoir des scénarios solo. Mais à une époque où la France était sous le charme des Livres dont vous êtes le héros, je suppose que cela ne représentait qu’un modeste atout.

Le second jeu est le mythique Rêve de Dragon de Denis Gerfaud, dans sa première édition de 1985. J’ai pu constater que ce jeu était particulièrement recherché de nos jours. Ce jeu français n’avait pas spécialement aiguisé notre curiosité à l’époque et je ne pense pas que l’un d’entre nous l’ait acheté ou s’y soit intéressé. A noter que sa nouvelle édition de 2017 a attiré tout de même 2247 souscripteurs sur Ulule qui semblent être livrés ces jours-ci.

Si certains d’entre vous lecteurs avez des informations ou anecdotes à partager concernant ces deux jeux n’hésitez pas !

IMG_20180915_194406.jpg

Archéorôlisme et Oldschool

Je continue ponctuellement de saisir des occasions ludiques qui se présentent (basculant un peu plus du côté obscur de la collectionnite). Dernier colis en date, un jeu célèbre qui a bouleversé le JDR dans les années 90. Un système intéressant qui a fait ses preuves et un jeu-univers qui a apporté beaucoup d’innovations. J’ai toujours entendu parler de rôlistes pris de passion pour ce jeu et qui ne jouent plus qu’à celui-ci. Je dois avouer être totalement passé à côté à l’époque et n’ai jamais joué à ce jeu. Je me souviens que quelques membres de notre groupe avaient acheté le jeu et l’avaient apprécié. J’ignore si ils y ont joué. C’est d’autant plus curieux que je ne m’y sois pas intéressé alors car j’avais adoré les romans d’Anne Rice sur la saga du vampire Lestat. Mes souvenirs sont assez vagues mais je crois me souvenir que mes centres d’intérêt d’alors avaient évolué. Côté JDR j’étais à fonds dans les univers Moorcock (Stormbringer et Hawkmoon). Je suis également passé à côté de Magic the Gathering tiens d’ailleurs, n’ayant JAMAIS acheté un set (la perspective de devoir acheter toujours plus de carte m’avait conduit à penser que le jeu était fait pour des gens fortunés à la poursuite du killer-deck, bof pas mon truc). A cette époque j’étais plus passionné par le jeu d’histoire avec figurines et jouais alors à Johnny Reb, du wargame Guerre de Sécession échelle 15mm.  Bref.

La perspective future de jouer dans notre groupe à Vampire (une édition récente je suppose puisque l’on parle de Vampire Dark Ages et les Cathares) m’a conduit à me procurer la première édition du jeu (par collectionnite et pour me familiariser un peu avec les racines de l’univers et ses différents clans, si l’on y joue prochainement). Evidemment. C’est mon côté Oldschool et archéoroliste. Cette édition rejoint donc ma collection ludique qui retrace pas mal les grandes lignes de l’histoire du JDR. J’attends désormais ma prochaine livraison, avec deux autres jeux mythiques que j’ai réussi à trouver à un prix super correct… à suivre dans le prochain post !

IMG_20180915_112044

Projets rôlistiques… et en cours

C’est la rentrée pour tout le monde. Le retour de vacances est dur pour certains… avec une certaine gueule de bois quant à l’idée de reprendre la monotonie du Métro Boulot Dodo et de quitter des contrées lointaines estivales…. Et malheureusement notre Gentlemen’s Club du Cabanon n’y échappe pas. Manque de disponibilité, lassitude ou démotivation, autres priorités (familiales ou sportives…), le Club subit des hauts et des bas. En cette rentrée, nous perdons 3 joueurs qui selon toute vraisemblance réduisent drastiquement leur disponibilité et ne devraient plus participer que ponctuellement à nos parties. Fort heureusement, une poignée d’irréductibles résiste et un noyau motivé continue de faire briller la flamme du jeu de rôle dans le Cabanon. Nous sommes désormais 4 à 5 joueurs qui restons motivés et disponibles pour jouer le vendredi soir, en moyenne tous les 15 jours. Nous avons également lancé de l’activité en ligne sous Roll20 (plus épisodique mais potentiellement jouable également tous les 15 jours). Roll20 nécessite une certaine organisation et préparation mais ouvre des perspectives de jeu complémentaires. En outre, sur 5 joueurs nous sommes également 5 MJ, ce qui ouvre pas mal de possibilités de jeu. Nous avons donc pas mal de projets.

Le plus dommageable est pour les jeux en cours ou programmés. Il nous reste normalement une session à jouer (allons, surement au moins 2 nous connaissant) sur le Rejeton d’Azathoth pour finir la campagne, il va donc falloir arriver à rallier les joueurs qui font une « pause » rôlistique. Curse of Strahd est plus que compromis et il me sera difficile de parvenir à relancer la machine : D&D5 n’a pas vraiment pris avec des joueurs largués sur les règles, un univers que je n’ai pas sur leur « vendre » correctement et plusieurs joueurs qui vont manquer à la table. Curse of Strahd s’endort donc pour l’instant du sommeil du vampire… Enfin, Dragonlance, mon arlésienne, retourne forcément dans les cartons. Impossible à lancer en l’état, faute d’un groupe suffisant pour incarner les 8 personnages (et le projet est trop gros pour nous).

Le tableau n’étant pas noir, il y des points positifs : la migration sur le système de jeu Savage Worlds permet de jouer à D&D sous une nouvelle formule (Scénario Destiny of Kings en cours), de continuer à jouer des aventures Pulp dans les années 30 (univers perso Arcanes & Artefacts) et désormais de tenter de l’univers historique Mousquetaires sous Roll20 (MJ : Thom). Notre groupe désormais restreint allège la problématique organisationnelle où nous étions souvent contraints de penser deux tables de jeu pour trouver une place pour tout le monde. Nous avons une campagne StarWars D6 à poursuivre (MJ : J-A)  et de nouvelles parties s’annoncent : Rogue Trader sous Savage Worlds, de l’occulte contemporain  (MJ : Francky) et du Vampire Dark Age (MJ : J-A)…

En attendant la mise en place de tous ces projets excitants, ce soir ce sera la seconde session du scénario D&D « Destiny of Kings » au Cabanon…

Rampage Dungeon !

Les lecteurs habitués de ce blog savent que j’ai un intérêt particulier pour la mise en scène et les décors de jeu. Cela fait quelques années que je travaille sur des projets de Donjon Modulaire (d’abord en briques Hirst Arts, puis des moulages et sculptures perso, puis en en MDF…). Bien sûr il y a Dwarven Forge qui propose des produits de qualité, mais assez difficiles à se procurer et surtout très chers. Mais l’avènement de l’impression 3D bouleverse pas mal les lignes et on assiste désormais à nombre d’offres de plus en plus intéressantes : que ce soit les fichiers 3D .stl pour les plus chanceux, équipés d’imprimantes 3D à domicile, ou bien de systèmes modulaires. Le dernier en date a attiré mon oeil car je le trouve joli, bien foutu, fonctionnel et abordable. Développé en 3D et les pièces produites en plastique ABS moulé, cela s’avère prometteur. Il correspond en outre à la technique d’assemblage que j’avais moi-même développé en MDF (ça me conduira à abandonner ce projet personnel toujours en cours et me libérera du temps sur autre chose, inutile de réinventer la roue quand quelqu’un produit déjà quelque chose de bien). Les 3 packages proposés de base sont plutôt bien foutus, mais les créateurs ont au bout de quelques jours répondu positivement aux demandes des backers en proposant une offre libre permettant de construire sa commande sur mesure avec les différents modules. Cela a donc achevé de me convaincre et j’ai cliqué sur « Backing this project ». J’attends désormais de voir jusqu’où va aller ce Kickstarter avec les différentes options débloquées au fur et à mesure. Quand je vois DwarvenForge atteindre 3 millions de dollars, j’espère que ce concurrent parviendra à un montant honorable permettant de débloquer des paliers intéressants qui permettront de bâtir du donjon personnalisé. J’espère surtout que les différents modules continueront d’être proposés au détail par la suite. C’est le gros défaut de Dwarven Forge : la marque propose de superbes décors mais si l’on ne se les procure pas pendant le Kickstarter, ils ne sont souvent plus accessibles en retail par la suite (et tout le monde  n’a pas les moyens de taper un panier moyen de 1000 USD comme c’est apparemment le cas sur leurs kickstarters…)

 

https://www.kickstarter.com/projects/606457671/rampage-dungeon-seamless-interlocking-dungeon-tile?ref=user_menu

 

 

Wraith Lair

option secret door

rampage alacarte

Peinture de figurines Pulp

ça fait un moment que je n’ai pas posté de photos de peinture de figurines. Vous trouverez ci-dessous une dizaine de figurines pulp peintes ces dernières semaines.

En ce moment, je suis sur les figurines de la boîte Star Wars Legion, achetée à sa sortie. Nous sommes 3 joueurs dans le Club à avoir acheté la boîte de base et des extensions, il faut donc les peindre. J’ai fini les Stormtroopers et 6 Rebelles pour l’instant. Je posterai quelques photos des factions quand ce sera bien avancé.

40903441_2191141197837775_1763761820847308800_o

41083582_2191143274504234_8467535063515398144_o