L’édition du JDR : To dos and do nots

Ce que j’aime chez certains éditeurs, c’est leur sérieux. Beaucoup moins chez d’autres. Pinnacle Entertainment Group, qui édite mon système favori, Savage Worlds, vient de boucler un Kickstarter modèle : plus de 4000 backers pour la nouvelle édition du système et garnie de nombreux add-ons gratuits qui permettront de se familiariser avec des settings avant tout achat. Pour 25 USD, j’ai donc pu obtenir la version PDF des nouvelles règles à peine 1 mois après la fin du kickstarter. Pour la version print, j’attendrai la VF qui sera je suppose de nouveau éditée par Black Book Editions dans un futur j’espère assez proche. J’ai rapidement parcouru cette nouvelle édition, qui ressemble beaucoup à l’édition française dans sa mise en page et dotée d’illustrations plutôt sympas qui met bien en évidence l’aspect « universel » du système. A priori pas de changement révolutionnaires, plutôt des petites évolutions plutôt pleines de bon sens. Je reviendrai peut-être sur ce sujet dans un post ultérieur mais je note quelques simplifications dans les Compétences par exemple qui rejoignent plus ou moins ce que j’avais déjà fait dans mon setting personnel, ce qui me convient tout à fait. Je vais donc rapidement mettre mon setting « Arcanes & Artefacts » au goût du jour pour coller à cette nouvelle édition appelée « SWADE ». Dans la mesure où c’est désormais notre système principal de jeu, autant rester dans un système unifié et ne pas s’éloigner du canon.

67aecc08638749dcb906c39c7b1fdff9_original

Chez nous en France, c’est un peu moins reluisant. Un communiqué de l’éditeur américain Chaosium (éditeur historique de l’Appel de Cthulhu) a fait l’effet d’un véritable coup de tonnerre dans le petit milieu rôlistique. En gros, Chaosium annonce la fin de la licence attribuée à Editions Sans Détours pour l’Appel de Cthulhu. C’est un coup dur pour l’éditeur historique depuis Jeux Descartes pour ce qui est probablement le 2e jeu de rôle le plus joué en France. Pire, ce sont les raisons : on y apprend que Sans Détours perd la licence pour non paiement des royalties depuis 2 ans ! Quand on sait que Sans Détours a aligné plusieurs Kickstarters Cthulhu à succès et annonce de nouveaux projets éditoriaux (campagne Marseille, nouvelles campagnes françaises…) on ne peut que se poser des questions. Chaosium ne souhaite pas mettre en péril la livraison des derniers kickstarters (nouvelle éditions des Masques de Nyarlathotep et du Jour de la Bête) MAIS se réserve de faire valoir ses droits juridiques… Ouille ouille ouille… Chaosium a par ailleurs annoncé avoir déjà trouvé un éditeur français remplaçant donc c’est un point de non-retour atteint et on imagine bien que ce communiqué est le dernier épisode public de discussions en coulisses qui n’ont rien donné. On devine que Chaosium réclame son dû depuis des mois et SD a lancé ses projets en connaissance de cause. Je vous laisse tirer vos conclusions.

maxresdefault

Sans Détours est sans doute possible aux abois financièrement. On comprend mieux alors l’appel à financement via Raizers pour lever des fonds auprès d’investisseurs (besoin de 500.000 EUR sous forme de tickets à 1000 Eur) afin de financer ses projets, notamment Confrontation. Levée de fonds qui fut un échec (c’est du Capital Risque). J’ai souscrit au Kickstarter concernant le Jour de la Bête, dont j’ai heureusement reçu les PDFs il y a déjà un moment. La version print par contre n’est apparemment toujours pas expédiée aux souscripteurs… Sans Détours a par ailleurs lancé un kickstarter pour Confrontation qui semble avoir pas mal merdé : l’éditeur s’attendait sans doute à lever quelques millions mais, las, ce sont quelques centaines de milliers d’euros levés, somme qui parait insuffisante pour financer un projet de cette ampleur. On ne s’aventure pas à venir concurrencer des Games Workshop ou des Cool Mini Or Not si on a pas les reins solides et des moyens et équipes en conséquence. Le peu de communication, de masters de figurines à présenter a créé une certaine défiance et amené nombre de pledgeurs à se retirer, allégeant de plusieurs dizaines de milliers d’euros le kickstarter. Au final, on se retrouve avec un KS qui propose des dizaines de figurines de qualité à moins de 2 euros… On peut s’interroger sur la rentabilité du projet (certainement à perte) et sur la suite que pourrait connaitre la gamme : comment justifier des prix élevés (la figurine fantasy de ce genre de jeu est souvent chère) quand le KS propose des figurines à près de 1 euro l’unité… Et surtout, les souscripteurs attendent toujours de voir une ébauche de ce qu’ils achètent. Et la fermeture des sous-traitants n’est pas non plus de bonne augure pour ce projet. Je ne parle pas de l’épisode LudikBazar (le distributeur détenu par la société) qui a fermé et posé de gros soucis de logistique à l’éditeur, plantant au passage quelques clients sur leurs commandes. Les erreurs répétées sur les kickstarters (le fameux épisode de la sacoche-cuir-(moustache)-pas-en-vrai-cuir-mais-vendue-au-prix-du-vrai…) et l’absence systématique de communication ont lancé pas mal de discrédit sur l’éditeur. C’est bien dommage car SD a toujours publié des ouvrages de qualité (même si on peut aussi leur reprocher de vendre beaucoup de papier : tout le contenu publié est-il pertinent ?). L’éditeur peut-il rebondir ? Il existe des sorties possibles car en France, l’univers de Lovecraft est dans le domaine public et Chaosium détient des droits limités à son système de jeu et à la marque.  La preuve en est que l’on trouve aujourd’hui du Cthulhu non estampillé Chaosium. Sans Détours pourrait donc théoriquement continuer à publier du contenu Cthulhu en contournant les problèmes de droits sans mettre en avant un système copyrighté ou en proposant un nouveau système de jeu. Mais comment regagner la confiance de clients échaudés par le manque de communication ou certaines déceptions ? Et tant que Les Masques, le Jour de la Bête et Confrontation ne sont pas livrés, il y aura une certaine défiance envers l’éditeur et personne ne pledgera plus rien… Il va lui être impossible de lancer de nouveaux Crowdfundings si les doutes sur les livraisons et la viabilité de l’entreprise ne sont pas levées… Et pour cela, il faut soit une confiance inébranlable, soit de la trésorerie, soit du crédit. Atouts qui semblent pour l’instant perdus. Bref, ça sent le sapin, et pas celui de Noël cette fois !

N’ayant plus d’intérêts personnels dans les crowdfundings de l’éditeur, j’observe ceci d’assez loin et n’ai aucune animosité envers l’éditeur. Je constate juste un réel gâchis et un désastre pour le petit secteur d’activité économique de notre loisir favori. Je souhaite néanmoins bon courage aux lecteurs qui sont encore investis et j’espère sincèrement qu’ils obtiendront leurs pledges… A suivre !

cardboard-coffin-christmas-scene-3629

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.