Classe de perso : le Ranger

Le ranger est une classe très appréciée des joueurs, pour plusieurs raisons : le ranger évoque à tout le monde un mix entre Robin des Bois et Aragorn dans le Seigneur des Anneaux. Décrit dans les règles comme un coureur des bois, pisteur, éclaireur, spécialiste de l’infiltration et de l’espionnage. Cela fait donc de cette classe  un mix intéressant entre le guerrier (dont il est une sous-classe) et le voleur.

De mon point de vue, cette classe présente toutefois en termes de jeu des avantages un peu trop exagérés par rapport aux autres classes, je compte donc l’alléger un peu en supprimant ou modifiant certains avantages qui n’ont pas à mon sens de justification.

  1. Les points de vie : au premier niveau, le Ranger est la seule classe de personnage à être dotée de 2d8 pour tirer ses points de vie. Je peux comprendre que cela s’explique par une certaine rusticité de la classe, plus résistante que le guerrier car habituée à un mode de vie difficile (survivre dans la Nature) mais un max de 16 points de vie, là où le guerrier n’en a que 10 me semble exagéré. Je préfère donc lui octroyer un d8+4 au tirage (le bonus de +4 servant à manifester sa résistance), la progression ensuite se faisant au rythme normal de 1d8 par niveau conformément à la classe. 
  2. Facultés de lanceur de sort : j’ignore qui a eu l’idée saugrenue d’octroyer ces facultés au ranger mais je ne vois pas pourquoi il pourrait faire cela… Donc les facultés à haut niveau lui permettant de lancer des sorts de druide à partir du 8e niveau puis des sorts de mage à partir du 9e niveau dégagent…

Je pense toutefois ajouter une faculté supplémentaire non prévue initialement dans les règles… En s’inspirant du cheval de guerre du Paladin (mais aussi du personnage de Dar l’invicible je dois avouer) je trouve intéressant d’ajouter au Ranger la faculté de gagner un familier, un animal sauvage avec lequel il nouerait une relation de partenariat dans ses pérégrinations dans la nature et qu’il parviendrait à dresser (ce dressage aurait un coût en pièces d’or équivalent au nombre de points d’expérience que rappporte normalement l’animal au combat X5)… Au 4e niveau, le Ranger pourrait ainsi gagner les services (le dressage permet une obéissance fidèle jusqu’à la mort en combat ou pour des ordres simples comme le vol d’objet ou actionner un levier) d’un animal (choisi aléatoirement, voir ci-dessous) pour une durée de 3d4 années. Cet animal peut l’accompagner en permanence ou bien rester dans la nature à proximité et ne venir qu’appelé par le Ranger au moyen d’un son secret (sifflet par exemple), à condition que l’animal soit à portée.

Tirage de 1d20 :
1-4 corbeau
5-6 faucon
7-8 hibou
9-10 belette ou blaireau
11-12 chien sauvage
13-14 loup
15-16 cheval sauvage
17-18 lynx
19 panthère ou puma
20 ours noir

Toutefois, en cas de perte de l’animal, le Ranger perdrait assez de points de d’expérience pour revenir au début de son niveau actuel et ne serait pas autorisé à dresser un nouvel animal avant 2 niveaux supplémentaires.

ranger

Art by Keith Parkinson

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s